Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

jardin Obigies

  • La taille des framboisiers

    1727.JPG

    Si  on  peut  attendre  la  fin  du  mois  pour  procéder  à  la  taille  des  arbres  fruitiers  à  pépins, il  ne  faut  plus  trop  tarder  pour  les  framboisiers. J'ai  profité  de  la  clémence  de  la  météo  cet  après-midi  pour  soigner  ma  haie  de  fruits  rouges.

    Si  vous  ne  l'avez  pas  encore  fait, vous  devez  couper  au  pied  les  branches  qui  ont  fructifié  l'année  passée  et  sélectionner  les  plus  vigoureuses  des  nouvelles  pousses. Actuellement, je  sélectionne  une  à  deux  branches  sur  le  pied-mère, lui-même  espacé  du  suivant  de  +-  30 cm. Certains  conseillent  de  conserver  six  nouvelles  branches  par  pied-mère  et  de  les  palisser  en  les  courbant. Cette  méthode  exige  un  plus  grand  espacement  entre  les  pieds-mère ( 1 m ).

    Si  vous  ne  coupez  pas  les   autres  branches  poussant  autour  du  pied-mère, vous  obtiendrez  une  haie  touffue  aux  fruits  plus  petits. Il  est  même  conseillé  d'arracher  ces  nouvelles  pousses. Si  vous  prélevez  ces  pousses  excédentaires  avec  de  belles  racines, vous  pourrez  faire  plaisir  à  vos  voisins  ou  amis.

    Afin  de  favoriser  les  ramifications, vous  couperez  les  branches  sélectionnées  à  80 - 100 cm.

     
    1730.JPG

    Comme  tous  les  arbustes  à  petits  fruits  rouges, les  framboisiers  apprécient  un  paillage  à  leur  pied. Leur  enracinement  étant  superficiel, cela  leur  permettra  de  ne  pas  souffrir  en  cas  de  sécheresse  et  limitera  l'apparition  des  "mauvaises"  herbes. Le  broyat  issu  des  branches  excédentaires  est  directement  placé  au  pied. Si  personnellement, je  me  contente  de  l'apport  du  compost  maison (voir  note  spécialement  consacrée  à  ce  sujet) et  des  cendres  du  feu  de  bois, riches  en  potasse, on  conseille  comme  pour  les  arbres  fruitiers, un  apport  de  phosphate  et  de  potasse.1731.JPG

    Les  pousses  excédentaires  sont  taillées  à  30 cm  et  placées  en  jauge  dans  le  potager  en  attendant  les  amateurs  éventuels. N'hésitez  pas  à  me  contacter  par  é-mail  si  vous  habitez  la  région  de  Tournai, les  plants  vous  attendent  mais  il  ne  faut  pas  traîner. Pour  les  autres, avant  d'aller  en  jardinerie, n'hésitez  pas  à  contacter  vos  voisins  jardiniers, chaque  année, nous  en  éliminons. Les  branches  issues  de  la  taille  sont  broyées et  directement  disposées  au  pied  des  arbustes.

    1732.JPGN'hésitez  plus, vous  avez  certainement  une  petite  place  pour  ces  plants. Vous  ne  le  regretterez  pas  quand  vous  verrez  vos  visiteurs  ravis  de  pouvoir  en  profiter  par  une  journée  chaude  d'été.

    Quant  aux  maladies  et  hôtes  indésirables friands  également  de  ces  fruits, je  vous  renvoie  à  une  note  précédente,  publiée  le  22/03/2008. Je  vous  souhaite  une  bonne  taille... A  bientôt  pour  d' autres  nouvelles  et photos !

    Patrick  depuis un jardin d' Obigies

  • Gaura Lindheimeri: une vivace qui vous séduira

    Gaura Lindheimeri,vivace, un jardind'  Obigies

    Si  vos  vivaces  perdent  un  peu  de  leur  éclat  en  cette  fin  d'été  assez  pluvieuse, vous  serez  certainement  tentés d'acquérir  " Gaura  Lindheimeri ".

    Cette  vivace  à  racine  pivotante  de  la  famille  des  Onagraceae, originaire  du  Texas, spontanée  dans  le  Sud-Ouest  des  USA.  et  dans  le  centre  du  Mexique, forme  un  buisson  arrondi  aux  tiges  florales  élancées.

    Sa  longue  floraison, du  milieu  du  printemps  à  l'automne  vous  ravira  avec  ses  petites  fleurs  aux  quatre  pétales. De  couleur  blanche  à  rosée, les  boutons  floraux  légèrement  duveteux  attirent  abeilles  et  papillons.

    Lire la suite

  • Le troglodyte mignon : un petit visiteur ailé très remuant

    2139.JPG

    Poussé  dans  le  jardin  par  les  rayons  généreux  du  soleil, ce  samedi, j'ai  eu  enfin  la  chance  de  surprendre  ce  petit  oiseau  au  plumage  brun  roux  strié  de  part  en  part  et  à  la  petite  queue  souvent  relevée: le  troglodyte  mignon.

    As  du  camouflage,  souvent  présent  dans  le  jardin  et  me  suivant  d'assez  près  dans  mes  différentes  activités, il  ne  m'avait  pas  encore  permis  de  l'approcher  d'aussi  près. Il  était  en  quête  de  nourriture  et  je  le  suivais, attentif  à  son  chant  et  ses  cris  assez  remarquables. Il  est  venu  se  poser  sur  ce  piquet  de  bois  pour  y  déguster  ce  petit  ver, ce  qui  me  permet  de  vous  offrir  ces  quelques  photos. Bien  vite, il  s'est  envolé  afin  de  compléter  le  menu  de  ce  petit-déjeuner  qui  s'annonçait  prometteur.

    Vous  pouvez  le  voir  ici  en  plein  travail  de  nidification.

    troglodyte mignon,oiseaux de nos jardins,jardin écologique,jardin obigies

    Commun  et  répandu  en  Europe, il  fréquente  les  jardins  lui  offrant  de  nombreuses  cachettes (broussailles, haies, murs  recouverts  de  lierre). Parfois, il  s'installe  dans  un  nichoir. Le  mâle  est  polygame  et  la  femelle  pond  5 à 8  oeufs  blanchâtres  qu'elle  couve  pendant  12 à 20 jours. Les  oisillons  quittent  le  nid  2 à 3 semaines  après  l'éclosion. En  hiver, il  est  presque  le  seul  oiseau  à  chanter.

    Il  se  nourrit  principalement  d'insectes  et  autres  invertébrés  débusqués  dans  les  broussailles, les  arbustes  et  sous  l'écorce  des  arbres.

    D'autres  photos  sont  visibles  dans  l'album  " Oiseaux  "

    Réf.Biblio.: "Attirez  les  animaux  dans  votre  jardin"  de  John  A.  Burton  aux  Ed. Artémis

  • Préparation du sol au potager - Het voorbereiden van de grond voor de moestuin

    potager écologique,préparation du potager,jardin obigies

    " En  jardinage  écologique, on  travaille  la  terre  le  moins  posssible  car  l'état  naturel  du  sol  doit  être  respecté. Comme  les  micro-organismes  se  développent, selon  les  espèces, dans  des  couches  bien  spécifiques  du  sol, un  retournement  du  sol  en  profondeur  perturbe  grandement  leur  activité. Aucune  intervention  modifiant  les  couches  du  sol  ne  sera  donc  entreprise  sans  justification  valable." C'est  ainsi  que  Yves  Gagnon, promoteur  et  formateur  canadien  réputé  en  jardinage  écologique, introduit  le  chapître  "Le  travail  du  sol"  dans  son  livre  " Le  jardinage  écologique " aux  Ed. Colloïdales.

    La  manière  dont  on  prépare  la  terre  compte  pour  beaucoup  dans  sa  fertilité. Selon  la  nature  du  sol, on  interviendra  différemment.

    En  sol  très  léger  à  dominante  sablonneux, comme  ici  à  Obigies, le  travail  du  sol  est  réduit  au  strict  minimum. Plutôt  que  d'aligner  mes  plantations  et  semis  au  fur  et  à  mesure  de  la  saison, j'ai  décidé  d'appliquer  la  technique  des  planches  permanentes et  de  la  rotation  des  cultures que  je  détaillerai  dans  un  prochain  article.

    Petite  modification  par  rapport  à  la  disposition  en  8  planches  de  +-  1,20 m  de  largeur, je  vais  progressivement  cultiver  sur  4  carrés. L'objectif  étant  d'augmenter  un  peu  la  surface  et  d' amplifier  l'effet  décoratif. Les  travaux  suivants  consisteront  au  maintien  de  la  terre  par  des  planches.

    potager écologique,préparation du potager,jardin obigies

    Avant  l'hiver, les  jeunes  fraisiers, l'ail  et  des  oignons  d'hiver  ont  été  mis  en  place. Avant  la  plantation  des  échalotes  et  des  oignons  de  conservation, un  coup  de  griffe  pour  incorporer  le  compost  et  un  coup  de  râteau  ont  suffi  à  préparer  la  terre. Rien  ne  presse  pour  les  semis  en  pleine  terre, même  si  les  températures   très  clémentes  nous  feraient  oublier  les  possibilités  de  nuit  encore  trop  fraîches. En  attendant  que  tout  rique  de  gel  soit  écarté, des  jeunes  plants  de  salade  ont  trouvé  abri  sous  le  tunnel.

    Les  sol  argileux, plus  capricieux,  demandent  plus  de  précautions. Le  principal  problème  rencontré  est  le  compactage  du  sol  s'il  est  travaillé  au  mauvais  moment. A  l'automne, il  faut  le  travailler  de  façon  assez  grossière. Les  alternances  gel-dégel  fissurent  les  mottes  et  donnent  une  structure  grumeleuse. Au  printemps, lorsque  le  sol  n'est  ni  trop  humide  ni  trop  sec. La  motte  doit  se  défaire  en  petits  agrégats  en  la  pressant  en  main. Vous  pouvez  ensuite  la  travailler  à  la  fourche-bêche  ou  au  moto-fraiseur  passé  à  basse  vitesse.

    Pour  revenir  au  potager  d' Obigies, dans  les  autres  parties  non  encore  retravaillées, subsistent  les  produits  de  mes  divisions  de  graminées  et  des  récupérations  des  vivaces  qui  se  multiplient  facilement. Ces  plantes  feront  plaisir  aux  amis  de  passage  et  aux  membres  de  la  famille. 

    Si  vous  ne  l'avez  pas  encore  fait, il  est  grand  temps  de  vous  procurer  vos  plants  de  pommes  de  terre que  vous  prendrez  soin  de  placer  en  caissettes  dans  une  pièce  bien  éclairée  et  à  t°  moyenne  et  constante. N'hésitez  pas  à  les  aérer  quand  les  conditions  le  permettent. Manquant  de  place, je  n'en  cultiverai  pas  cette  année.

    Si  vous  désirez  en  savoir  plus  sur  le  jardinage  écologique, je  vous  conseille  le  livre  de  Yves  Gagnon cité  en  début  de  note. Si  vous  appliquez  d'autres  astuces  respectueuses  de  l'environnement, n'hésitez  pas  à  nous  en  faire  part. 1886.JPG

    Profitez  bien  des  moments  de  beau  temps. A  bientôt  pour  suivre  l'évolution  des  travaux  au  potager.