Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Potager

  • L'entretien des fraisiers et le prélèvement des stolons

    49690b82fb6f462b1b04ceb21a3f7cda.jpg

    En  raison  d'un  apport  en  photos  de  Luc , je  réédite  cette  note  parue  en  2008  même  si  cette  période  hivernale  ne  correspond  pas  tout  à  fait  au  contenu  de  l'article.

    Si  la  récolte  des  fraises  bat  son  plein, ne  négligeons  pas  pour  autant  les  stolons  qui  apparaissent  et  qui  seront  indispensables  au  renouvellement  annuel  du  parc.

    Il  est  important  de  sélectionner  les  plus  beaux  pour  la  production  de  l'année  prochaine  et  de  répartir  ce  choix  sur  les  plants  les  plus  florissants. Conservez  seulement  le  premier  stolon  en  coupant  la  tige  qui  se  prolonge  pour  nourrir  les  suivants, cela  concentrera  les  matières  nutritives  sur  votre  futur  plant  et  non  sur  les  stolons  suivants, destinés  à  l'élimination ... vers  le  bac  à  compost.

    Quand  le  stolon  choisi  aura  développé  ses  racines, dégagez  la  paille  afin  qu'il  puisse  s'ancrer  au  sol. Au  besoin, arrosez  pour  favoriser  l'enracinement  et  dès  que  vous  constatez  un  enracinement  suffisant, séparez  le  stolon  du  plant  mère  afin  de  prolonger  la  récolte  de  ces  savoureux  fruits. Il  vous  restera  à  prélever  les  jeunes  plants  avec  leur  motte  de  terre  dès  que  vous  aurez  préparé  le  sol  de  la  nouvelle  implantation.

    Ne conservez  pas  vos  plants  plus  de  2  ans, les  plus  belles  fraises  sont  produites  par  des  plants  d'un  an. Ceux  de  2  ans  donneront  des  fruits  plus  petits. En  conservant  vos  jeunes  plants  et  en  transplantant  vos  stolons, votre  parc  de  fraisiers  se  déplace  d'année  en  année.

    Les  fraisiers  étant  gourmands  en  éléments  nutritifs, n'hésitez  pas  à  apportez  du  compost  ou  à  semer de  l'engrais  vert  sur  la  nouvelle  parcelle.38879e3487b71e38227a5e59d6dec660.jpg

    Le  fraisier  photographié  ici  est  de  la  variété  mi-hâtive  "Red  Gaunlet", mais  je  ne  peux  encore  rien  vous  dire  sur  le  goût  de  ses  fraises, ayant  choisi  ces  plants  cette  année. 

    Je  joins  à  cette  note  2  photos  de  Luc  Devresse  pour  illustrer  des  modes  de  culture  hors-sol : la  première  dans  des  bacs  en  bois  sur  piquets. Le  dessous  peut  servir  de  planche  de  culture  pour  des  plantes  ou  fleurs  à  développement  moyen.

    fraisier,stolon,potager,variété "red gaunlet"

    La  deuxième  dans  des  gouttières  en  pvc  et  piquet  d'acier  tubulaire  avec  possibilité  de  placement  de  collerettes  anti-limaces  sur  le  tube.

    fraisier,stolon,culture hors-sol

    Merci  à  Luc  pour  ces  infos  complémentaires  qui  peuvent  stimuler  notre  imagination  et  nous  aider  à  obtenir  des  résultats  plus  satisfaisants. N'hésitez  pas  à  réagir, je  vous  invite  toutes  et  tous  à  faire  part  de  vos  expériences  positives  ou  négatives.

    N'oubliez  pas  de  participer  à  l' opération  de  recensement  des  oiseaux  de  nos  jardins, le  week-end  des  1 et 2 février ( voir  note  précédente ) 

  • Dernières nouvelles du potager

    Après  les  températures anormalement  basses  du  printemps  et  la  sécheresse  observée  durant  le  mois  d'avril  en  Hainaut  occidental, les  pluies  du  début  du  mois  de  juin  ont  permis  aux  plantations  de  réellement  démarrer.

    Par  rapport  à  la  disposition  de  l'année  passée, j'ai  décidé  d'élargir  les  planches  à  1,20 m  en  élargissant  les  sentiers, afin  de  permettre  une  circulation  plus  aisée.


    6088.JPG
    La  première  planche  est  réservée  aux  oignons  et  céleris  blanc  et  vert, la  deuxième  planche  aux  échalotes  et  salades  que  je  repique  à  intervalles  réguliers. Cela  ne  sert  à  rien  de  voir  toutes  les  salades  arriver  à  maturité  en  même  temps.
    6085.JPG
    6086.JPG

    J'ai  planté  concombres, potimarrons  et  courgettes  sur  une  autre  planche.

    6084.JPG

    Les  tomates  plantées  en  compagnie  de basilic  sont  arrosées  directement  au  niveau  de  la  motte  grâce  à  des  bouteilles  toujours  munies  de  leur  bouchon  mais  troué afin  d'assurer  un  arrosage  goutte à  goutte. Au  fond  du  trou  de  plantation, j'ai  placé  du  compost  maison  bien  mûr  mélangé  avec  des  feuilles  d'ortie  et  de  rhubarbe. Vu  la  composition  du  sol  à  Obigies ( assez  sablonneux )  et  pour  maintenir  propreté  et  humidité, j'ai  déposé  des  déchets  de  tonte  et  du  broyat.

    6083.JPG
    Le  tuteurage  est  bien  sûr  nécessaire: j'utilise  des  bambous  de  1,50 m prélevés  directement  dans  mes  plantations  et  j'utilise  des  liens  en  plastique  souple  afin  de  ne  pas  blesser  la  tige. Les  tomates  exigent  une  surveillance  régulière: l' ébourgeonnage  càd.  la  suppression  des  pousses  qui  se  développent  à  l'aisselle  des  feuilles, se  fait  au  fur  et  à  mesure  de  la  croissance  du  plant. Après  le  3ème  ou  4ème  bouquet  de  fleurs, il  faut  étêter  la  plante: pour  cela  il  suffit  de  couper  le  sommet  de  la  tige  principale  1 à 2  feuilles  au-dessus  du  dernier bouquet. Il  est  également  recommandé  de  supprimer  les  feuilles  les  plus  basses  surtout  si  elles  sont  en  contact  avec  le  sol. Pour  lutter  contre  le  mildiou, j'ai  associé  du  basilic  et  je  pulvérise  régulièrement  du  purin  de  prêle  dilué ( 10 % pour 90 % d'eau ).

    La  planche  plus  récemment  utilisée  voit  des  haricots  et  radis  se  développer. Après  la  récolte  des  radis, je  butterai  les  pieds  et  apporterai  du  broyat  à  leurs  pieds.

    Bon  travail et bonne récolte. A  bientôt.

  • Quoi de neuf au potager ce 28 juin ?

    b6ce447985e6fc86f7c2d983b366d3da.jpgNous  profitons  des  salades  et  des  radis  semés  à  intervalles  réguliers. Les  échalottes  et  les  oignons  grossissent  bien, profitant  d'un  paillage  composé  de  produits  de  la  tonte  et  de  jeunes  branches  coupées  sur  les  haies  de  hêtre  et  de  charme, leur  permettant  de  garder  l'humidité  et  la  propreté  indispensables  à  leur  bon  développement.

    Les  deux  lignes  d'ail, par  contre  semblent  souffrir. C'est  la  première  année  que  je  les  plante  au  printemps  et  non  avant  l'hiver  et  ça  ne  semble  pas  leur  être  très  profitable.

    Le  troisième  semis  de  haricots  a  enfin  levé. Je  me  demande  si  c'est  la  mauvaise  qualité  des  grains   ou  si  ce  sont  les  conditions  de  température  qui  ont  empêché  la  germination  des  premiers  semis.d5fad78caa1df4dc9a2e1cae286dce02.jpg

    Les  plants  de  tomates  évoluent  bien  mais  avec  leur  sensibilité  au  mildiou  et  ma  volonté  de  ne  pas  pulvériser  aux  produits  phyto, je  ne  me  réjouis  pas  trop  tôt. Je  pulvérise  avec  une  solution  de  lait  dilué  mais  cela  n'a  pas  empêché, l'année  passée,  l'apparition  de  la  maladie  et  la  décision  d'arracher  les  plants  malades  après  la  récolte  des  premiers  bouquets. Je  les  ai  paillés  et  assure  l'arrosage  par  des  bouteilles  de  plastique  dont  j'ai  troué  les  bouchons.

    90695719ef91f3c7ab77cd4b97a4ff9e.jpgIl  ne  faut  pas  oublier  d'ébourgeonner  c.à.d.  supprimer  les  pousses  qui  se  développent  à  l'aisselle  des  feuilles. Cette  opération  permet  une  concentration  de  la  sève  dans  la  tige  principale  et  les  grappes  de  fruits. Après  la  formation  du  3ème  ou  4ème  bouquet, il  faut  étêter  pour  arrêter  la  végétation  et  permettre  le  grossissement  de  tous  les  fruits. Il  suffit  de  couper  le  sommet  de  la  tige  principale  1 à 2 feuilles  au-dessus  du  dernier  bouquet. L'efficacité  de  l'effeuillage  de  fin  de  saison  pour  permettre  une  maturation  plus  rapide  des  derniers  fruits  est  contestée  mais  il  est  recommandé  de  supprimer  les  feuilles  du  bas  pour  éviter  qu'elles  ne  favorisent, par  leur  contact  avec  le  sol, le  développement  des  maladies.

     

    4d43959c2e22436b419bd65d16dd4468.jpg

    f4bf18acb2cfc3c6457ee21b88d791ea.jpg280209e79920763785330a9f76395d95.jpg

    Les  petites  courgettes  et  potirons  apparaissent  tandis  que  les  plants  d'aubergine  et  concombres  poussent  plutôt  lentement.

     

    Faites-moi  part  de  l'évolution de  vos  plantes  potagères  et  de  vos  astuces  pour  lutter  contre  les  maladies  sans  empoisonner  la  terre  et  tous  nos  petits  pensionnaires  du  jardin. Merci  et  à  bientôt.  

     

     

     

         

  • Quoi de neuf au potager

    b57ad07840841d395dbba107bd985562.jpg

    Le  danger  des  gelées  tardives  étant  écarté, j'ai  semé  mes  premiers  haricots. C'est  encore  un  peu  risqué  car  la  germination  des  graines  exige  un  minimum  de  10°. Ils  demandent  un  pH  de  6  en  terres  légères  et  de  7  en  terres  plus  riches.

    L'écartement  entre  les  lignes  est  de  50  cm  et  on  conseille  un  grain  tous  les  10  à  15  cm  afin  d'avoir  des  plants  bien  aérés  et  d'obtenir  des  gousses  bien  droites. Les  haricots  se  plaisent  dans  le  voisinage  des  carottes. Les  terrains  consacrés  l'année  précédente  à  la  culture  des  carottes  ou  pommes  de  terre  sont  tout  indiqués. Par  contre, les  haricots  n'aiment  pas  la  proximité  des  liliacées  comme  les  oignons, les  échalotes  ou  l'ail.

    Entre  les  échalotes  et  les  oignons, j'ai  semé  la  première  ligne  de  carottes. Cette  association  réduit  les  risques  de  dégats  de  la  mouche  de  la  carotte. Pour  éloigner  la  mouche  des  oignons, n'hésitez  pas  à  pulvériser  du  purin  d'ortie  ou  une  décoction  de  persil. Ces  produits  ne  tuent  pas  les  insectes  mais  leur  odeur  les  en  éloigne.

    d7056df5f8c239e68c453042bd05ef43.jpgAfin  de  faciliter  la  cueillette  des  fraises, j'ai  enlevé  le  tunnel  en  plastique  et  replacé  les  filets  de  protection  habituels. Je  n'ai  pas  constaté  d'avance  remarquable  par  rapport  aux  fraisiers  cultivés  en  plein  air  chez  mes  parents.

    Les  pommes  de  terre  évoluent  bien  et  semblent  bien  supporter  les  conditions  actuelles. 

    J'ai  planté  pour  la  première  fois  des  concombres, des  aubergines  et  un  plant  d'artichaut  mais  avec  la  sécheresse  actuelle, leur  comportement  n'est  pas  brillant  et  je  me  demande  si  ces  jeunes  plants  démarreront. En  attendant  la  pluie, j'arrose...

    N'hésitez  pas  à  me  communiquer  comment  évoluent  votre  potager. à  bientôt