Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Les arbres têtards: entretien et réhabilitation

    5203.JPG

         Il  y  a  quelques  jours, profitant  de  la  clémence  du  temps, j'ai  taillé  les  quelques  saules ( Salix  Alba ) plantés  juste  derrière  la  haie  de  Ligustrum. Je  n'ai  pas  un  terrain  humide, bien  au  contraire, il  est  assez  sablonneux  et  très  drainant, mais  j'ai  toujours  aimé  la  silhouette  de  ces  arbres, trop  peu  présents  dans  nos  campagnes.

        J' en  ai  profité  pour  faire  quelques  recherches  sur  cette  taille  un  peu  particulière  et  sur  l' historique  de  ces  plantations  de  saules  dans  nos  campagnes.  Je  vais  essayer de  vous  présenter  un  petit  résumé.

     

        Comme  vous  pouvez  le  voir  sur  la 1ère  photo, j'utilise  un  ébrancheur (sécateur  à  longs  manches)  pour  les  jeunes  branches, j'ai  taillé  les  plus  grosses  avec  une  scie  égoïne  qui  permet  une  coupe  précise  et  fine. Cette  façon  de  tailler  certains  arbres  tels  les  saules, frênes, afin  que  les  branches  repoussent  en  "couronne" , permet  de  maîtriser  la  hauteur  de  l'arbre  et  est  ainsi  bien  adaptée  à  la  plantation  en  milieu  contraignant  comme  les  zones  humides  mais  aussi  le  bord  des  routes  et  des  bâtiments  d'exploitation.

        Mon  ami  Manu  Hunt, arboriste-grimpeur, précise: "  Si  les  branches  ont  un  diamètre  de  10 à 20 cm  et  qu' on  taille  à  la  tronçonneuse, il  faut  considérer  chaque  branche  comme  un  arbre  et  donc, il  est  nécessaire  d' entailler  à  l' avant  pour  diriger  la  branche  et  reprendre  par  derrière  pour  déclencher  la  chute. Ceci  à  au  moins  de  50 cm  de  la  tête, ce  qui  permet  d' éviter  les  arrachements  au  niveau  des  coupes, ce  qui  empêcherait  la  repousse  des  nouvelles  branches  et  défigurerait  l' arbre. Une  fois  qu' on  a  effectué  les  coupes  à  50 cm, on  reprend  les  coupes  à  la  base  des  branches  pour  former  la  tête. "

    taille saule têtard, un jardin d' Obigies

          Pour  valoriser  vos branches  ainsi  taillées, vous  pourrez  réaliser  des  plessis : clôtures  en  branches  tressées

    fascine, plessis, saule têtard, un jardin d' obigies

      et  des  fascines : petites  bordures  tressées  pour  délimiter  et  décorer  vos  parterres  et  carrés  de  potager.

    fascine, plessis, saule têtard, un jardin d' obigies

     

          Si  ces  silhouettes  caractéristiques  de  vieux  saules  têtards  ont  quelque  peu  disparu  avec  la  recherche  de  constitution  de  grandes  prairies, on  constate  en  France  comme  en  Belgique  des  mesures  d'encouragement  à  réimplanter  ce  type  d'arbres  et  l'organisation  de  séances  de  vulgarisation  de  cette  taille, notamment  dans  une  région  proche  de  Tournai, la  région  des  Collines  (Frasnes, Ellezelles).

    saule têtard, un jardin d' Obigies

        Usages : A  l'origine, ce  type  de  taille  répondait  à  de  nombreux  usages  tels  que  la  vannerie, la  recherche  de  terreau  accumulé  dans  les  trous  des  vieux  saules, l'approvisionnement  de  différents  feuillages  pour  l'affouragement  du  bétail (p.ex.le  frêne), la  fabrication  de  sabots, de  manches  d' outils et  bien  sûr  le  bois  de  chauffage. Le  développement  de  nouvelles  filières  de  production  d'énergie  permet  de  valoriser  à  nouveau  la  taille  des  arbres  têtards. Son  cycle  d'entretien  permet  une  production  régulière  du  bois  et  en  fait  une  matière  première  intéressante  pour  les  filières  de  "bois  énergie".

       " Leur  usage  en  piquets  de  clôture  explique  pourquoi, aujourd'hui, on  les  trouve  ainsi  alignés  en  bordure  de  prairies ! Le  saule  reprend  vie, se régénère  et  voilà  un  piquet  de  clôture  devenant  un  nouvel  arbre. C' est  donc  la  taille  régulière, à  hauteur  de  la  repousse  des  branches  qui  a  transformé, au  fil  des  années, tous  ces  piquets  de  clôture  en  de  magnifiques  saules  têtards !

         Intérêt  écologique : Les  saules  favorisent  le  drainage  des  terres  en  absorbant  de  grandes  quantités  d' eau. Ils  sont  également  des  lieux  plein  de  vie: la  cuvette  et  cavités  qui  se  forment  au  fil  des  ans  va  pouvoir  abriter  d' autres  espèces  végétales ( sureau, aubépine ), des  insectes ( coléoptères, xylophages ), de nombreux  animaux ( belette, crapaud, grimpereau, sitelle, pic épeiche, chouette chevêche, hérisson ). Les  abeilles  pourront  trouver  le  nectar  dans  les  fleurs  précoces.

          Plantation: Si  vous  désirez  vous  aussi  planter  un  saule  pour  en  faire  un  " têtard", prélevez  lors  d' une taille  d' un  saule  blanc, " Salix Alba ", une  branche  droite  d' une  longueur  de  2 à 3 m  et  d' un  diamètre  de  6 à 10cm  à  la  base. Elaguez  tous  les  rameaux  sur  la  branche, coupez  si  possible  la  base   de  la  branche  en  biseau, creusez  un  trou  de  50 cm  de  profondeur  minimum  sur  un  terrain  humide, enfoncez  la  branche  et  tassez  la  terre  autour  de  la  branche. Le  diamètre  "idéal"  pour  créer  un  têtard  est  d'environ  20  à  30  cm. Sa  hauteur  est  variable  et  c'est  l'aspect  pratique, car  il  faudra  venir  régulièrement  le  tailler, qui  vous  guidera. En  général, cela  varie  de  1,50 à 2 m. Petit  conseil: veillez  à  respecter  les  distances  de  plantation  par  rapport  à  vos  voisins, renseignez-vous  dans  votre  commune.

    1541.JPGDonc, si  vous  héritez  d'un  terrain  avec  de  vieux  arbres  têtards, ne  les  abattez  pas, nous  avons  tous  observé  des  vieux  arbres  parfois  écartelés  et  mis  au  sol, qui  continuent  à  vivre  et  à  abriter  une  vie  foisonnante. Ils  attireront  également  certains rapaces en  quête  d' un  dortoir .S'il  ne  pose  pas  de  problème  de  sécurité, entretenez-le, vous  ne  le  regretterez  pas.

    photo 1,2,3 et 4 : au jardin

    photos 5 : à St Léger le long du canal de l' Espierres

    photo 6: dans la campagne d' Obigies

    Réf. Bibliographique: Brochure  de  la  Région  wallonne - Editeur  responsable : Michel  Devos

    Site  internet du Parc naturel du Pays des Collines: http://pays-des-collines.be

     

    A  très  bientôt  pour  d' autres  infos  et  photos !

    Patrick 

  • Vidange et nettoyage du bassin de lagunage - Het leeg-en schoonmaken van een lagunebad

    bassin de lagunage, un jardin d' Obigies

    Profitant  de  la  clémence  hivernale, je  me  suis  décidé  à  nettoyer  le  bassin  de  lagunage  de  la  mare. En  effet, réalisé  il  y  a  11  ans  et  remplissant  parfaitement  sa  fonction  de  filtrage  et  oxygénation  naturelle  de  l' eau, le  jardin  aquatique  voyait  la  prolifération  anarchique  de  certaines  plantes, notamment  les  Typha  latifolia ( massettes ), les Carex pendulum au  détriment  d' autres  plantes  à  fleurs ( Pontederia  cordata, Schizostylis  coccinea  ou Glaïeul d' automne, Orontium aquaticum ou plante-bougie ).

    Pas  évident  de  déraciner, au  moyen  de  bêche  et  pelle, ces  plantes  dont  les  racines  s' imbriquaient  bien  dans  les  pierres  de  lave, avec  le  risque de détériorer  la  bâche EPDM  formant  le  fond  de  la  mare.

    Il  a  fallu  ensuite  extraire  les  racines  des  pierres  de  lave  et  rincer  au  Kärcher  dans  la  brouette  afin  d' éliminer  la  boue.

     

    bassin de lagunage, un jardin d' Obigies

        Voici  le  bassin  nettoyé  avec  les  premiers  dépôts  de  pierres  propres  et  prêtes  à  remplir  leur           fonction de  filtrage. Mon  ami  Christian, spécialiste  des  étangs  en  profita  pour  remplacer  et  refixer      quelques  planches  d' azobé, bois  exotique  qui  permet  de  fixer  la  bâche  aux  piquets  et  de  retenir  la  terre.

    bassin de lagunage, un jardin d' Obigies

    Nettoyer  et  redéposer  plus  ou  moins  2  tonnes  de  pierres  m' occupèrent  un  certain  temps ...

    bassin de lagunage, un jardin d' Obigies

    Voici  le  bassin  après  remplissage  avec  l' eau  récupérée, plus  ou  moins  10.000 l, dans  une  citerne  heureusement  vide  avant  l' opération. Il  restera  maintenant  à  replacer  quelques  plantes  en  containers     adaptés  aux  mares  et  à  surveiller  d' un  peu  plus  près  leur croissance. Les  oiseaux  pourront  à  nouveau   avoir  accès  à  l' eau  pour  s' y  abreuver  et  s' y  rafraîchir. De  belles  photos  en  perspective.

    bassin de lagunage, un jardin d' Obigies

     

    A  bientôt  pour  d' autres  infos  et  photos . N' hésitez  pas  à  réagir  en  cliquant  sur  commentaire  en  bas de  la  note. Pour  mes  fidèles  lecteurs  belges, n' oubliez  pas  le  recensement  des  oiseaux  du  jardin  organisée  par  Natagora. ( voir  pubication  précédente )          

    Patrick  depuis  Un  jardin  d' Obigies.