Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Devine qui vient manger chez nous les 7 et 8 février

     

    1079.JPG

    Pour  la  sixième  année  consécutive, l'association  de  protection  de  la  nature  Natagora-Aves organise  les  7  et  8  février un  recensement  national  des  oiseaux  présents  dans  les  jardins.

    L'année  dernière, 8.332  jardins  avaient  été  recensés  et  480.678  oiseaux  avaient  été  observés.

    Au  hit-parade  des  espèces  observées:

    1. le  merle  noir (observé  dans  86% des  jardins)

    la  mésange  charbonnière (86 %)

    3. la  mésange  bleue (75 %)

    4. Le  rouge-gorge  familier (71%)

    5. le  moineau  domestique (67%)

    6. la  pie  bavarde (60%)

    7. la  tourterelle  turque (55%)

    8. le  pinson  des  arbres (52%)

    9. le  pigeon  ramier (42%)

    10. la  corneille  noire (40%)

    Au  niveau  des  provinces, le  Hainaut  avec  25%  des  observations  arrive  en  tête  devant  Liège (22%)  et  Namur (15%).

    Si  vous  désirez  d'autres  renseignements, vous  pouvez  télécharger  le  document  de  recensement  sur  www.natagora.be

    Alors  ... à  vos  jumelles  et  n'oubliez  pas  de  remplir  régulièrement  vos  mangeoires  et  abreuvoirs.

  • Imperata cylindrica: une graminée aux couleurs flamboyantes

     

    662.JPG

    Je  profite  de  l'acalmie  hivernale  pour  continuer  la  présentation  des  graminées  ornementales  présentes  au  jardin  d'Obigies. Je  voudrais  vous  présenter  Imperata  Cylindrica  "Red  Baron".

    Remarquable  par  ses  couleurs  rouges, elle  semble  jaillir  du  sol  comme  une  flamme  et  ne  manque  pas  d'attirer  le  regard, tout  en  relevant  les  couleurs  des  plantes  voisines.

    Imperata  cylindrica a  des  comportements  différents  suivant  ses  lieux  d'origine. En  phase  tempérée, dans  les  terres  basses  du  Japon, de  la  Chine, de  la  Corée, elle  adopte  un  port  bas  et  se  produit  communément  dans  les  habitats  ouverts, frais  ou  secs  mais  en  phase  tropicale, la  plante  est  de  taille  beaucoup  plus  grande  et  très  colonisatrice. C'est  un  véritable  fléau  écologique  qui  envahit  les  habitats  tropicaux  et  tempérés  chauds. Dans  le  Sud-est  des  Etats-Unis, elle  s'est  même  naturalisée  et  fait  partie  des  plantes  nuisibles  mises  à  l'index  par  le  Ministère  de  l'Agriculture.

    Le  cultivar  "Red  Baron" représente  la  phase  moins  agressive  des  régions  tempérées. Ses  feuilles  sont  teintées  de  rouge  surtout  vers  les  pointes. Cette  couleur  rouge  s'accentue  pendant  la  saison  végétative. C'est  la  forme  la  plus  courante, connue  au  Japon  depuis  plus  d'un  siècle  où  elle  est  généralement  plantée  en  terrine  basse  pour  tenir  compagnie  à  un  bonsaï.

    Cultivée  en  plein  sol, les  feuilles  ne  dépassent  pas  30 cm  de  hauteur, et  la  plante  fleurit  parfois. Elle  n'a  pas  encore  fleuri  à  Obigies.282.JPG

    Elle  préfère  le  plein  soleil  et  un  sol  frais  et  fertile. Elle  supporte  la  sécheresse  et  se  multiplie  facilement  par  division  au  printemps. Sa  rusticité  est  de  - 15°. Je  ne  sais  pas  encore  si  les  températures  enregistrées  cet  hiver  affecteront  leur  développement. Il  faudra  attendre  le  printemps  pour  évaluer  les  dégats, comme  pour  d'autres  plantes  et  arbustes, plutôt  habitués  à  des  hivers  tempérés.

    Réf. Biblio.: "L' Encyclopédie  des  Graminées"  de  Rick  Darke  aux  Ed. du  Rouergue

    Photo  de  tête: touffe  parmi  d'autres  vivaces: Nepeta, Epimedium, Lavande

    Photo 2: en  compagnie  de  Miscanthus  sinensis  "Morning  Light" et  Armeria  maritima

     

     

  • L'effet esthétique du givre

     

    1732.JPG

    Givre  et  ciel  bleu, rien  de  mieux  pour  vous  pousser  hors  de  la  maison  afin  de  surprendre  quelques  sujets  habillés  de  cristaux  blancs...

    1734.JPG

     

  • La mésange à longue queue

     

    1580.JPG

    Si  les  conditions  météo  actuelles  ne  me  permettent  pas  une  grande  activité  au  jardin, elles  me  permettent  d'observer  une  intense  activité  des  oiseaux  qui  volent  de  mangeoires  en  mangeoires  en  passant  se  désaltérer  à  la  mare, et  de  compléter l' album  photo.

    En  effet, en  raison  de  l'activité  de  la  pompe  électrique, l'eau  reste  disponible  dans  la  partie  lagunage, pour  la  boisson  et  étonnamment  pour  le  bain. Les  merles  ne  semblent  pas  craindre  le  froid  et  apprécient  encore  de  s'y  ébattre.

    J'ai  eu  la  chance  de  pouvoir  observer  le  passage  d'un  petit  groupe  de  mésanges  à  longue  queue et  en  profite  pour  vous  les  présenter.

    Aegithalos  caudatus, la  plus  petite  des  mésanges (14 cm de  long, queue  comprise) est pourvue  d'une  queue  plus  longue  que  son  corps. Son  plumage noir, blanc  et  rose  est  caractéristique. En  dehors  de  la  période  de  reproduction, elle  se  déplace  toujours  en  colonie  avec  différentes  espèces  de  mésanges.

    Son  chant, composé  de  notes  aiguës, est  atypique. Si  vous  sifflez  entre  vos  dents  ou  si  vous  secouez  un  trousseau  de  clefs  ou  remuez  des  pièces  de  monnaie, vous  verrez  les  oiseaux  marquer  un  temps  d'hésitation, croyant  avoir  affaire  à  l'un  de  leurs  congénères.

    Pleine  d'énergie, la  mésange  à  longue  queue  est  toujours  en  mouvement, allant  ici  et  là, se  posant  pour  repartir  aussitôt. Elle  n'est  pas  vraiment  effrayée  de  votre  présence, mais  la  photographier  demande  pas  mal  d'essais  et  ... de  bonnes  jambes  pour  la  suivre  dans  son  parcours.1579.JPG

    Reproduction: A  la  différence  des  autres  mésanges, elle  ne  niche  pas  dans  une  cavité, mais  se  construit  un  nid  en  forme  de  dôme  dans  un  buisson, avec  de  la  mousse, du  lichen  et  d'autres  végétaux  maintenus  par  des  toiles  d'araignées  et  tapissés  de  plumes. Elle  y  pond  12  minuscules  oeufs  blancs  finement  tachetés. Incubation: 13 à 17 jours. Les  oisilons  prennent  leur  envol  15 à 17 jours  après  l'éclosion.

    Alimentation: Elle  se  nourrit  principalement  de  petits  insectes, de  larves  et  d'araignées, mais  aussi  de  lard  et  d'arachides  trouvés dans  les  mangeoires.

    Réf.Biblio.: "Attirez  les  animaux  dans  votre  jardin" de  John  A. Burton aux  Ed. Artémis.